La vie derrière soi

  • Imprimer

Émission Interception, sur France Inter du dimanche 10 février 2013

Ils sont à peu près 50 000 à frapper à la porte de la France après avoir fui la torture ou les violences dans leur propre pays.

Ces réfugiés demandeurs d’asile sont accueillis, pour les plus chanceux, dans l’un des 10 centres spécialisés en France. Spécialisés, car la torture est un mal dont on ne guérit pas. Mais au moins, avec l’aide de psychiatres, médecins, acteurs associatifs peut-on remettre à peu près sur pied ceux que la violence humaine a brisés. Ils viennent d’Afrique, d’ex-républiques soviétiques, d’Asie… la torture n’a pas de continent.

 

Mais pour la majorité de ces demandeurs d’asile l’arrivée en France est une étape de plus. Les capacités d’accueil sont insuffisantes, et la méfiance, l’agressivité parfois que ressentent ces fuyards en arrivant chez nous ne font qu’alourdir encore le traumatisme subi. Quant au statut d’exilé, il n’est accordé, quand il est accordé,  qu’au bout de longues procédures, qui ressemblent  à un chemin de croix.

un reportage de Pascal Dervieux, prise de son Frédéric Cayrou